Forces Françaises de l'Intérieur

Les FFI Plouguinois

Cette page est réalisée à l'aide d'éléments issus de :

  • "Le Bataillon FFI de Ploudalmézeau : Brest-Eté 1944. Les combats autour du Conquet".  Jacques André

  • "Objectif Kéringar". Jacques André et Jean-François Conq

  • Du Registre des FFI de Ploudalmézeau (original).

  • De photos et renseignements communiqués par de très assidus et fervents lecteurs

  • Autres sources signalées dans les textes.

Nous avons voulu raconter l'Histoire des Plouguinois dans cette difficile et héroïque période.

Le maquis de Kergoff à Tréouergat. 1944

Le 27 mai 1943, maître Provostic, de Ploudalmézeau, envisage la création d'un groupe armé de résistants et la formation du maquis

à la ferme de Kergoff en Tréouergat.

Cette ferme est tenue par Guillaume Le Gall né à Plouguin et sa femme Marie Yvonne Guenneugues de Lescalvar en Plouguin.

Avec l'aide de Joseph Grannec, gendarme, il rassemble et forme une troupe de plus de 700 volontaires hommes et femmes.

Cet important maquis de résistants F.F.I.  abrite le poste de commandement du Bataillon de Ploudalmézeau.

Au 6 août 1944, on y dénombre 1036 maquisards et 164 soldats russes déserteurs de l'armée allemande.

 

 

Bataillon de Ploudalmezeau.

 

Le 31 mai 1944, Joseph Grannec succède à la tête du Bataillon FFI

de Ploudalmézeau à maître Henri Provostic, arrêté par les Allemands.

Le Bataillon de Ploudalmézeau trouve son origine dans le groupe « Elie ».

Ce groupe de résistants fut réuni dès juillet 1940 autour de Louis Elie,

transporteur à Brest.

Bien avant l'arrivée des Allemands dans la ville, ces premiers patriotes

avaient déjà récupéré des armes abandonnées par les Anglais

avant leur rembarquement et les avaient mises en lieu sûr chez Jean Tromelin,

minotier à Pont-Ours en Plouguin

Maître Henri Provostic, pseudo « Benoît », notaire et adjoint au maire à

Ploudalmézeau, devint très vite l'animateur du groupe.

En relation avec le gendarme Joseph Grannec, dit « Joseph 351 »,

de la brigade de Ploudalmézeau, qui appartenait au groupe « Elie »,

il commença à structurer le canton.

 

A  Ploudalmézeau, d'autres hommes furent recrutés : Gaston Boursier, garagiste, devint très vite le contact avec les Anglais dans le cadre des aviateurs abattus sur notre sol.

Pierre Plouet de Ker-Eol en Plouguin et Louis Coum de Saint-Pabu, qui sera arrêté et incarcéré de novembre 1942 à novembre 1943,

firent eux aussi partie du tout premier noyau.

Il fallut très vite étoffer le dispositif.

A cet effet, des délégués furent recrutés sur le canton : Joseph Lusven à Ploudalmézeau, Edouard Quéau à Portsall,

Henri Puzin à Plouguin, François Jaouen, secrétaire de mairie à Saint-Pabu , Joseph Coum à Saint-Pabu,

Louis Berthou , négociant à Plouguin qui en deviendra par la suite le maire, Jean Sanquer, Ploudalmézeau, 

Jean Marzin, boucher à Saint-Pabu, qui sera tué lors d'une mission le 6 août 1944. (voir détails)

 

Les premières missions furent le vol d'armes à l'occupant, en particulier des revolvers, faciles à dissimuler.

Les armes volées par le groupe « Elie », principalement à Brest, étaient d'abord cachées dans le garage Abarnou,

puis mises en lieu sûr à Pont-Ours, chez Jean Tromelin à Plouguin.

Puis ce fut le recueil d'informations concernant la présence allemande dans le secteur.

 

Mais la Gestapo connaît le groupe « Elie » : du 11 mai au 21 juin 1941, tout le réseau fut arrêté.

Joseph Grannec, faute de preuves, fut acquitté et relâché fin 1941.

L'action clandestine se poursuivait sur le canton de Ploudalmézeau, en particulier l'aide au retour vers l'Angleterre des

pilotes abattus dans la région.

 

Ainsi, le 16 avril 1943, le commandant Le Febvre, aviateur anglais, fils du maire de Canterbury, atterrit en parachute près

du presbytère de Plouguin. (voir la Page Eugène Forest)

Il se cacha pendant deux jours dans un petit bois, près de Kéroulidic, sur la route de Guipronvel.

Pierre Plouet et Pierre Puzin, mis au courant, le prirent en charge, le photographièrent, lui établirent de faux papiers.

Il rejoignit l'Angleterre après être passé chez Jean Tromelin à Pont-Ours.

La Gestapo investit alors le village de Plouguin et procéda à plusieurs arrestations dont celle d'Eugène Forest, âgé de 21 ans

(Voir la Page de Eugène Forest).

Les suspects furent interrogés.

Forest aurait eu des mots très durs envers l'Occupant, il fut envoyé dans un camp en Allemagne, il n'en revint pas.

Hervé Fagon de Plouguin, lui aussi arrêté, a survécu.

Joseph Trébaol, forgeron à Plouguin, refusa de livrer les noms des témoins et fut interné 30 jours à Pontaniou.

 

Une armée clandestine fut organisée à partir de 1943 : à Ploudalmézeau, avec Henri Provostic et Joseph Grannec qui connaissaient bien les hommes et recrutaient dans chaque commune du canton. 

Entre fin 1943 et début 1944, les Forces Françaises de l'Intérieur devenaient une réalité.

Mais, le 31 mai 1944, Henri Provostic tombe aux mains des Allemands. Joseph Grannec, alias « Joseph 351 », devient alors chef cantonal.

 

Nuit du 2 au 3 août 1944 : parachutage d'armes à Pont-Ours en Plouguin pour le Bataillon de Ploudalmézeau.

 

Le 3 août 1944, le général Koenig, qui commandait les FFI, donnait sur les ondes de la BBC, l'ordre de l'insurrection générale en Bretagne par ce message : «  Le chapeau de Napoléon est-il toujours à Perros-Guirec ? ».

           

Le Bataillon de Ploudalmezeau, ainsi que celui de Lannilis, engagèrent alors les hostilités.

Les combats pour la libération de la pointe Ouest de Brest commençaient et le Bataillon de Ploudalmézeau, qui représentait

à lui seul dix pour cent de l'effectif FFI du Finistère, y prit une part importante. 

Ce Bataillon fut une pièce essentielle de la Résistance dans l'attaque des positions allemandes.

Le 10 août 1944, une Compagnie Russe de 164 hommes, parmi lesquels 4 officiers, rejoignirent les hommes de Grannec.

Ces Russes blancs « Vlassov », retournés par Madame Douillard issue de la noblesse russe, égorgèrent les Allemands qui les encadraient, et vinrent gonfler les rangs de la Résistance, avec matériel et équipement lourd.

Leurs mortiers et canons antichars furent d'un précieux concours en attendant l'appui du matériel américain.

 

La mission du Bataillon de Ploudalmézeau fut de participer à l'assaut des batteries côtières allemandes, en particulier la redoutable batterie Graf Spee de Kéringar.

 

Après avoir libéré la région de Ploudalmézeau, les principaux faits d'armes des volontaires eurent lieu à Kervélédan en Ploumoguer, la pointe du Corsen en Plouarzel, la pointe d'Illien et la presqu'île de Kermorvan près du Conquet, lieux où les Allemands étaient particulièrement bien retranchés.

  

Sources :

            Jacques André : Le Bataillon FFI de Ploudalmézeau : Brest-Eté 1944. Les combats autour du Conquet.

            Jacques André et Jean-François Conq : Objectif Kéringar.

 1 - Représentant du 86 Régiment de cavalerie US

 2 - Francis Henri Pierre Constant Huet Sapeur Pompier de Brest

 3 - Gendarme Joseph Grannec " Joseph 351" 

 4 - Jean Louis Arzel "2eme Groupe Duval"

Source : René Mangili

Combattants FFI de Plouguin

Sources : Registre du Bataillon FFI de Ploudalmézeau

Remerciements à :

René Jacob de Tréouergat - Bataillon de Ploudalmézeau

Yvon Landuré, Président de l'UNC Plouguin - Tréouergat

Extraits du registre des combattants FFI de Ploudalmézeau

Combattants nés et ou habitants de Plouguin.

Maugen Louis - Maître d'Hôtel

Vignot Paul - Aide infirmier

L'Hostis Jean - Homme de troupe

Jestin Olivier - Homme de troupe

Cloâtre Joseph - Chef de groupe

Puluhen François - Chef de groupe - Blessé en patrouille à l'ennemi le 6 Août 1944

Fagon Joseph - Homme de troupe

Gourvennec Joseph - Homme de troupe

Le Goff Edmond - Service Auto

Laot Yves - Homme de troupe

Marzin Albert - Homme de troupe

Marzin Jean - Homme de troupe

Trebern Sébastien - Homme de troupe

Marzin Paul - Homme de troupe

Ropars Yves - Chef de groupe

Simon Maurice - Homme de troupe - Blessé

Simon Louis - Homme de troupe

André Raymond - Homme de troupe

Fourn Louis - Homme de troupe

Floch Goulven - Homme de troupe

Jézéquel Thérinian - Homme de troupe

Keromnes Jean - Homme de troupe

Arzel Jean Louis - Homme de troupe

Treut Jean - Homme de troupe

Amil Théophile - Homme de troupe

Capiten Jean - Homme de troupe

Bodenes Paul - Homme de troupe - Décédé

Eliès Louis - Homme de troupe

Le Hir Joseph - Homme de troupe

Lamour Yves - Chef de section - Blessé à l'ennemi le 3 Septembre 1944, Décédé le 11 Novembre 1944

Berthou Louis - Chef de groupe

Bossard Alphonse - Homme de troupe

Le Foll Jacques - Homme de troupe

Fagon François - Homme de troupe

Lannuzel Yves - Homme de troupe

Lannuzel Louis - Homme de troupe

Chapel Joseph - Homme de troupe

Paul François - Homme de troupe

Paul Jean - Homme de troupe

Quivoron Adrien - Homme de troupe

Duwoyé Gilbert - Cuisinier - Homme de troupe

Puzin Henri - Chef de groupe

Pellé Joseph - Homme de troupe

André Emile - Homme de troupe

Goachet Lucien - Homme de troupe

Provost Joseph - Homme de troupe

Quistinic Gabriel - Homme de troupe

Tréguer Louis - Homme de troupe

Jaouen Jean François - Homme de troupe

Bozoc François - Homme de troupe - Décédé suite de ses blessures le 19 Septembre 1944 (voir sa fiche)

Loaec Louis - Homme de troupe

Polin Jean - Homme de troupe

Le Jeune François - Homme de troupe

Abily Claude - Homme de troupe

Conq Gabriel - Homme de troupe - Blessé à l'ennemi le 18 Septembre 1944, décédé

Le Gall Charles - Chef de groupe

Balcon Jean - - Homme de troupe

Roudaut Louis - Chef de groupe

Dubois René - Homme de troupe

Kerdraon Pierre - - Homme de troupe

Coadou Jean - Homme de troupe

Colin François - Homme de troupe

Fagon Jean - Homme de troupe

Milin Jean - Homme de troupe

Pogam (Paugam) Jean - Homme de troupe

Vaillant François - Homme de troupe

Quéméneur François - Homme de troupe - Blessé à l'ennemi le 6 Août 1944

Laot Jean - Homme de troupe

Morel Jean - Chef de groupe

Fagon Hervé - - Homme de troupe - Arrêté par la Gestapo le 16 Avril 1943 - Déporté

Le Fourn François - Homme de troupe

Jacob Alexandre - Homme de troupe

Forest Eugène - Homme de troupe - Arrêté par la Gestapo le 16 Avril 1943 - Déporté - Mort en déportation (voir sa fiche)

Simon Jean Louis - Agent renseignement

Herry François - Chef de groupe

Terrom Yves Homme de troupe

André Jacques Homme de troupe

Tournellec Auguste  - Homme de troupe

Bléas Pierre Homme de troupe

Migadel François Homme de troupe

Treut Jean Homme de troupe - Blessé le 8 Août 1944

Le Guillou Georges Homme de troupe

Pors Gabriel Marie Homme de troupe

Arzur François - Chef de groupe

Le Gall Guillaume Pierre -Chef du Maquis

Tréguer Joseph - Homme de troupe

Bataillon FFI de Ploudalmézeau

2ème Compagnie "Compagnie Duval"

3ème section

2ème Groupe

Roudaut Louis - Plouguin

Kerdraon Pierre - St Pierre Quilbignon

Coadou Jean - Plouguin

Dubois René - Mamers

Fagon Jean - Plouguin

Milin Jean - Lanrivoaré

Paugam Jean - Plabennec

Vaillant François - Guelin

Le Vourc'h Bernard - Lampaul Plouarzel

Marzin Robert - Lampaul Plouarzel

Collection René Mangili

Registre du Bataillon de Ploudalmézeau

Registre du Bataillon de Ploudalmézeau

Registre du Bataillon de Ploudalmézeau

Plaque commémorative

sur le mur de l'église de Tréouergat

Stèle de Tréouergat Kergoff

Érigée à l’entrée du chemin menant au maquis de Kergoff.

Le 8 Août 1965, inauguration de la stèle érigée sur un terrain donné gratuitement par M. Jacob, cultivateur de Penar Prat en Tréouergat.

"Ici se rassembla le 6 Août 1944 sous le commandement du gendarme Grannec,

 

le Maquis de Tréouergat.

1036 hommes du Bataillon FFI de Ploudalmézeau.

164 soldats russes passés à la résistance.